Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/113/sdb/c/2/ussa.cgt.orly/nuked.php on line 564
Ussa Cgt Orly - Portail du syndicat >
  Login or Register
Communication
Notre actualité
Les archives
Nos tracts
Point presse
Notre galerie de photos
Notre calendrier
Nos revendications
Sûreté Aéroportuaire
Ce qu'il faut savoir
Les enjeux
Positions de la CGT
Organigramme
Informations légales
Nos statuts
Nos droits
Qui sommes-nous ?
Discussions
Forums
Nous contacter
Nous recommander
Le bêtisier
Divers
Liens utiles


  Déclaration de Christine LAGARDE, Ministre de l'Economie
Catégorie : Points presse
Ajouté le : 08/07/2007 13:52
Auteur : Secgen
Lectures : 181
Note : Non évalué [ Evaluer ]

Déclaration de Christine LAGARDE, Ministre de l'Economie :


"Je pense que le mot auquel il faut que nous nous habituons c'est le mot "effort" et je crois que l'on peut tout à fait associer à l'effort le plaisir.

C'est dans ce sens là que nous allons engager le pays.

Le président de la république m'a demandé d'examiner toutes les rigidités, tous les obstacles à la fluidité de l'économie.

Il est indispensable que grâce à la concurrence, grâce à la souplesse, dans la cadre d'une sécurité renforcée néanmoins, nous puissions accélérer le rythme de la croissance française.

Il faut allé chercher ce point de croissance et pour se faire tous le moyens sont bons."

Décryptage :

La grande qualité de Madame LAGARDE c'est la franchise de ses propos. Il n'y a pas de langue de bois, elle va vraiment tenter de faire ce qu'elle dit. C'est pourquoi, il est important de bien comprendre ce que signifie ses paroles.

Madame LAGARDE nous invite à nous habituer au mot "effort" car effectivement tous les efforts vont être demandés aux salariés.

Le "plaisir" qu'elle associe à "l'effort" n'est pas pour nous mais pour les patrons, les actionnaires qui suite à nos efforts vont s'en mettre plein les poches. On comprend que cela leur fasse plaisir.

C'est aussi la véritable signification du fameux slogan de Nicolas Sarkozy : "travailler plus pour gagner plus". Ce sont les mêmes qui vont travailler plus (les salariés) et les mêmes qui vont en profiter en gagnant plus (le patronat et les actionnaires).

"C'est dans ce sens là que nous allons engager notre pays".

Quand Madame LAGARDE parle d'examiner toutes les rigidités, tous les obstacles à la fluidité de l'économie, elle est en plein dans le credo ultra-libérale. Cela signifie qu'elle va faire tout son possible pour assouplir les règles en faveur des entreprises, autrement dit déreglementer.

Pour les salariés cela veut tout simplement dire moins de droits.

Elle veut accélérer la croissance grâce à la concurrence mais ce qu'elle oublie de dire c'est que ce sont les travailleurs qui font systématiquement les frais des jeux de la concurrence en perdant leurs emplois.

La sécurité renforcée qu'elle mentionne concerne uniquement les entreprises et les marchés financiers et ne bénéficie pas à ceux qui les font exister par leur force de travail (les travailleurs).

Madame LAGARDE va examiner tous les obstacles à la fluidité de l'économie. Considère-t-elle les syndicats, le droit de grève et le code du travail comme des obstacles à la fluidité de l'économie ?

Bien entendu et c'est tout le sens des lois en préparation qui n'ont d'autre but que de réduire tous les acquis sociaux.

Elle est prête à sacrifier les salariés pour le tout économique et elle le dit :

"Il faut allé chercher ce point de croissance et pour se faire tous le moyens sont bons."

Tous les moyens sont bons ? Non Madame, dans une démocratie, tous les moyens ne sont pas bons. On ne sacrifie pas l'intérêt général des travailleurs à une poignée de nantis pour gagner un point de croissance.

L'histoire nous a appris dans quel désastre ceux qui ont prononcer ces mots ont entraîner leur pays. On y trouve les tyrans, les dictateurs de tous poils, tous ceux qui n'hésitent pas à sacrifier les autres pour servir leurs ambitions personnelles.

Ce n'est pas comme cela que l'on augmente la croissance d'un pays. La croissance augmente quand la consommation des ménages augmente et pour cela, il est nécessaire que les salariés français voient leur pouvoir d'achat et donc leur salaire, augmentés.

Malgré les discours trompeurs de Sarkozy , c'est le contraire qui est appliqué : pas de coup de pouce au SMIC en juillet.

Nous faisons ici un triste pari : dans 5 ans les riches de ce pays seront beaucoup plus riches et les pauvres beaucoup plus pauvres.

Quant au chômage, nous ne voyons pas la moindre mesure qui soit de nature à favoriser le plein emploi.

La CGT ne laissera pas les acquis sociaux et les travailleurs être sacrifiés au profit de l'ultra-libéralisme.